fbpx

La SOUS-LOCATION

Imaginez, une stratégie immobilière vous permettant de vous lancer dans l’immobilier sans forcément passer par les mille étapes classiques comme :

  • La demande de financement (étape longue)
  • Les éventuels travaux
  • La signature chez le notaire (date tant attendue)

Tout ça ! Pour avoir enfin le fameux SAINT GRAAL ” l’acte de vente original” afin de pouvoir enfin commencer à exploiter son investissement.

Quand j’ai acheté ma résidence principale, je suis passé par là et effectivement, c’est très long.

En voulant investir dans l’immobilier, j’ai commencé à prospecter et j’ai fais beaucoup d’erreur de débutant car je n’étais pas formé.

Je n’avais pas étudié ma zone de recherche et je ne connaissais pas la rentabilité des biens sûr lesquels je souhaitais me positionner et surtout j’aurai acheté n’importe comment !

L’immobilier peut être très interessant, rapporter beaucoup mais si on fait les choses mal ça peut aussi mal finir.

Je ne dis pas ça pour vous faire peur, je pense simplement qu’il faut aussi en être conscient.

Enfin, voilà pendant que je me torturais à rechercher des biens et faire n’importe quoi😆. Je suis tombé sur cette ” SOLUTION ” que l’on appel la “SOUS-LOCATION“.

Bizarrement, je n’en avais jamais entendu parlé, mais j’ai trouvé le concept génial pour plusieurs points :

  • Rapidité
  • Affranchissement des banques

Et puis franchement, pour ceux qui sont au max de leurs endettements avec leur résidence principale c’est top non?

Me voilà lancé dans l’aventure, sans trop vraiment y réfléchir ! J’ai absorbé une quantité importante d’informations sur cette fameuse “SOUS LOCATION” et plus j’avançais plus je me disais que je faisais le bon choix.

Au final la sous-location c’est quoi ?

Le principe est de louer à un propriétaire, son appartement afin d’exploiter celui-ci et de le relouer.

Bon, ça paraît simple comme ça mais ce n’est pas le cas !

La “SOUS-LOCATION” classique est très encadrée et si vous ne respectez pas ces règles vous risques gros.

⚠️ Vous devez :

  • Obtenir l’accord écrit de votre bailleur
  • Et les loyers de la sous-location ne doivent pas excéder le montant de votre loyer

Exemple : 

Monsieur Dupont loue son T2 de 38m2 à Toulouse à Mr Bernard.

Montant du loyer : 720€ 

Le locataire, Mr Bernard décide de sous-louer son appartement sur Airbnb.

Il obtient l’accord de son propriétaire.

Les recettes de sa sous-location lui rapportent 1800€ le 1er mois.

Dans ce cas précis ou le locataire en retire un bénéfice de 1080€.

Il doit reverser intégralement les loyers perçus en vertu des articles 546 et 547 du code civil.

C’est pas terrible, vous me direz !

 

Ma SOUS-LOCATION n’a rien à voir avec ça !

On rigole quand je dis ça, mais j’aime l’appeler la sous-location 2.0 !

Il s’agit d’appliquer à peu près le même principe, mais en adoptant la stratégie d’un véritable entrepreneur.

Je me suis lancé comme ça ! Je me suis formé, j’ai créé ma société et j’ai commencé à chercher des propriétaires afin d’implémenter ce que j’avais appris.

Ce n’était pas facile, mais je me suis vraiment investi dans ce projet

Et je vous assure que les bénéfices sont à moi 😁

Et vous savez quoi ? Ca ne m’empêche pas de faire des opérations d’acquisition immobilière en même temps !

Vous pouvez tout à fait faire les deux !

C’est comme prendre le train et l’avion en même temps pour aller vers la même destination 🛩🚆

Génial non ? 😉